Navigation linguistique

Changer la taille de la police

Recherche

Questions au médecin de vol

Toi aussi tu veux devenir médecin dans un avion-ambulance ? Tu as envie de savoir ce qu’il te faut pour y arriver ? Nous répondons à tes questions.

Les pilotes de la Rega ont déjà répondu à quelques questions plus bas.

Et toi, tu as aussi une question ?Tu peux nous l’envoyer !

Remplis le formulaire !

Des enfants nous ont envoyé ces questions. Découvre nos réponses !

Raphael (3 ans) Maienfeld (GR)

Oui, les enfants qui volent avec un avion-ambulance de la Rega reçoivent une peluche. Elle est super chou, son visage est souriant et les enfants l’adorent.

Dorian (9 ans) et Milo (6 ans) Lucerne (LU)

Non, jusqu’à présent, aucun bébé n’est né dans nos avions-ambulance. Mais chaque année, nous transportons environ 5 enfants qui sont nés trop tôt quelque part dans le monde. Durant le vol, nous plaçons les nouveau-nés dans une « couveuse ». On l’appelle « l’incubateur de transport ». La couveuse est un petit nid douillet et chaud. Un ou une pédiatre et une infirmière ou un infirmier en soins intensifs qui travaillent d’habitude à l’hôpital accompagnent le bébé et le soigne durant toute la durée du trajet.

Léa (9 ans) Chessel (VD)

Oui, environ la moitié de l’équipe des médecins à bord de l’avion-ambulance est féminine. Quelques femmes travaillent également dans le domaine des soins infirmiers ainsi que dans le cockpit. La Rega emploie actuellement quatre femmes pilotes d'avion. Donc, comme tu peux le constater, tu serais en bonne compagnie chez nous.

Darian (9 ans) Stans (NW) 

Nous étions en vol pour le sud de l'Italie afin de ramener en Suisse deux patientes de deux endroits différents. La première patiente était déjà à bord lorsque nous avons amené la seconde dans l’avion-ambulance. À ce moment, ces deux dames ont vécu un « bonjour » particulier : elles étaient voisines ! Malgré leurs problèmes de santé, elles ont apprécié leur vol de retour commun et ont tellement ri que leur bonne humeur nous a aussi gagnés.

Luca (8 ans) Penthalaz (VD)

Notre avion-ambulance peut accueillir jusqu'à quatre patientes et patients allongé·e·s en même temps. Les patient·e·s sont pris·e·s en charge pendant toute la durée du vol par notre équipe médicale pour s’assurer que tout le monde reçoive les soins adéquats. L’équipe est toujours constituée d'au moins deux personnes : un ou une médecin et un ou une infirmier·ère en soins intensifs.

Margaux (7 ans) Gampelen (BE)

Oui, nous avons les mêmes médicaments dans l'avion-ambulance que dans un hôpital. Le plus souvent, nous avons besoin de différents analgésiques (antidouleurs). Nous pouvons ainsi offrir à nos patientes et patients un vol aussi indolore que possible.

Alek (8 ans) Lamboing (BE)

Cela varie en fonction des missions. Mais nous sommes toujours au moins quatre. Deux pilotes sont nécessaires pour que l’avion-ambulance puisse voler. En outre, l’équipage est composé d’un ou d’une médecin et d’un ou d’une infirmier·ère en soins intensifs. Pour les très longues distances, nous avons besoin d'un équipage plus étendu - parfois jusqu’à quatre pilotes se relaient en vol.

Jean Luc, Zürich (ZH)

Cela dépend non seulement de la gravité des blessures ou de la maladie du patient ou de la patiente, mais aussi des circonstances dans lesquelles il ou elle se trouve. Quelle est la qualité des soins médicaux sur place ? Des proches sont-ils présents ? Afin de clarifier ces questions et parce que chaque cas est différent, l’un de nos médecins-conseil prend toujours contact par téléphone avec les patient·e·s, les proches éventuels et les médecins locaux. Le ou la médecin-conseil de la Rega décide alors, en concertation avec la centrale d’intervention, de la manière dont le ou la patient·e peut être aidé·e. Outre le transport dans l’avion-ambulance de la Rega, il est également possible de rapatrier un·e patient·e sur un vol de ligne accompagné·e d'un·e médecin ou d'un·e infirmier·ère en soins intensifs de la Rega.

Noé (6 ans) Pringy (FR)

L'avion-ambulance de la Rega est assez rapide : il vole à des vitesses allant jusqu'à 850 km/h. Le faucon pèlerin, l'oiseau le plus rapide du monde, peut plonger à une vitesse allant jusqu'à 300 km/h. Nous avançons donc assez rapidement.

Paul (7 ans) Vaduz (FL)

Non. Opérer un·e patient·e en vol serait trop dangereux. En avion, cela peut parfois secouer un peu, raison pour laquelle il n’est pas possible d’opérer. Nous nous assurons cependant que les patientes et patients se portent bien durant tout le vol. Si nécessaire, nous pouvons par exemple leur injecter un médicament. En outre, nous vérifions si le pouls et la pression artérielle sont normaux et s'il y a suffisamment d'oxygène dans le sang.

Leonie (12 ans) Wilderswil (BE)

Oui, tant que c'est sûr pour l'équipage et que nous pouvons atterrir. Les chef·fe·s d’opération de la Rega vérifient cela avant chaque mission. Si nous ne pouvons pas nous rendre dans un pays en avion, nous essayons quand même de venir en aide aux patient·e·s. Par exemple, en organisant le transport en ambulance vers un pays voisin où nous pouvons atterrir avec l’avion-ambulance de la Rega.

Paul (7 ans) Vaduz (FL)

D’abord, il te faut étudier la médecine pendant environ six ans. Ensuite, tu devras acquérir une spécialisation en anesthésie ou en soins intensifs. Ainsi, tu auras acquis suffisamment d’expérience en milieu hospitalier pour pouvoir nous envoyer ta candidature.

Albert (5 ans) Haslen 

Un équipement de base est toujours à bord de l'avion, comme par exemple divers médicaments, des respirateurs et des moniteurs de surveillance. En fonction de la mission, nous emportons également du matériel supplémentaire. Ensuite, nous avons également besoin de suffisamment de nourriture et de boissons pour les patients et tout l'équipage. Lorsque nous allons chercher un enfant, nous prenons toujours un avion-ambulance en peluche avec nous, c’est notre cadeau pour les enfants.

Chiara (8 ans) Kairo Ägypten

Cela dépend de la taille de ta famille. Si nous avons assez de place, nous prendrons tes parents et tous tes frères et sœurs.  Mais, parfois, nous n'avons pas suffisamment de place, par exemple parce qu’un·e autre patient·e vole avec nous. Néanmoins, même dans ce cas, nous emmènerons au moins ton père ou ta mère avec nous. Ainsi, tu ne devras jamais voler toute seule.

Fabio (8 ans), Sandro (6 ans) et Larina (3 ans) Rorschacherberg (SG)

Avec l’infirmier·ère en soins intensifs, je m'occupe du patient ou de la patiente. Par exemple, nous veillons à ce qu'il ou elle souffre le moins possible et qu'il ou elle se porte bien. Pendant le vol, nous en prenons bien soin et nous vérifions son pouls. Si son état s'aggrave soudainement, nous pouvons l'aider immédiatement.

Raphael (3 ans) Maienfeld (GR)

Malheureusement, nous n'avons pas assez de place dans l’avion pour y accrocher des dessins. Mais nous avons accroché dans nos bureaux beaucoup de dessins que des enfants nous envoient. Ils sont adorables et nous en sommes toujours très heureux.

Et toi, tu as aussi une question ?

En tant que membre du RegaCLUB, tu as la possibilité de poser des questions aux médecins d’avion-ambulance. Nous répondons chaque mois à plusieurs questions. Envoie-nous la tienne au moyen du formulaire. Avec un peu de chance, ta question sera sélectionnée et sa réponse figurera ici.

KIDS Vorlage Typ 1 FR ohne PullDown

Inscris le numéro de ta carte de donneur sans points ni espaces.
L'offre est valable pour les enfants jusqu'à 12 ans.